vendredi 24 mai 2013

L'AURORE



Type : Petite barque lémanique, non pontée, à voiles latines ("cochère")
Gréement : les 2 mâts en 1 seule  partie ; voiles latines sur les 2 mâts ; ces voiles sont portées par de très longues antennes, qui dépassent largement les mâts lorsqu'elles sont verticales ; pas de foc ; Ce gréement est inspiré de celui des anciennes galères méditerranéennes. 

Matériaux : Coque et pont en bois  ; mâts en bois.
Date et lieu de lancement :  2000 à Saint Gingolph ; réplique (d'après une maquette) d'une cochère de 1828.  
Autres noms  : aucun
Utilisation initiale : voilier  de transport
Dernière nationalité connue : suisse (association franco-suisse)

Dernier port d'attache connu : Saint-Gingolph, village frontalier franco-suisse (Haute-Savoie et canton de Vaud), dont les habitants sont les Dzingolais.
Dernière utilisation connue : voilier associatif de promenade .

Signification du nom : L'Aurore, c'est tout simplement le lever du jour ; peut-être d'un nouveau jour pour les voiles latines du lac ?

Longueur hors-tout : 10 m
Longueur de la coque : 10 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale :  3 m
Tirant d'eau maximal : m
Tirant d'air :   m
Déplacement : 3 t.
Surface maxi de voilure : 46 m² 

État : restauré,  régulièrement entretenu.
Avant : Incliné.
Arrière : tableau. 
Coque : noire, lisse blanc.

Superstructures : bateau creux ; pontage à l'avant.
     L'Aurore fait partie des bateaux lémaniques à voiles latines ; cette cochère est en quelque sorte un modèle réduit des grandes barques Savoie, Demoiselle, Neptune ou Vaudoise,  auxquelles  elle ressemble par sa silhouette ; mais c'est un bateau creux, dont seul l'avant est ponté. Les cochères transportaient des marchandises diverses et des passagers d'un village riverain à l'autre, ou d'une rive à l'autre ; l'équivalent des chaloupes qu'on trouvait en rade de Brest, par exemple. Elles étaient très nombreuses et assuraient le lien social entre les villages, entre les 2 rives et entre les 2 pays. La création de routes facilement praticables par les voitures et les camions a entraîné leur disparition, comme sur les côtes maritimes.
      Facilement transportable sur remorque routière, l'Aurore a participé aux fêtes de Brest en 2004 et à unrassemblement de gréements latins à Sanary en 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire