samedi 28 octobre 2017

FLEUR DE MAI

Type : Dundée, cotre à tapecul. actuellement à l'état d'épave (un projet de restauration est en cours)


Gréement : Lorsqu'elle était en état de naviguer : 2 mâts en 1 seule partie (à pible) ; voile à corne chacun des  2 mâts  ;  un foc, une trinquette.
    En 2004, lors des fêtes de Brest et de Douarnenez, la gabare n'avait qu'un mât et était donc gréée en cotre.
    Elle est actuellement complètement dégréée.


Matériaux : Coque et pont en bois (chêne)  ; mâts en bois .

Date et lieu de lancement : 1950 au chantier Jacq à l'Hôpital-Camfrout (rade de brest, Finistère)
Autres noms : 
Utilisation initiale : sablier : gabare.
Dernière nationalité connue : française.
Dernier port d'attache connu : Saint-Malo.
Dernière utilisation connue : Voilier de croisière et de promenade .

 Signification du nom : Fleur de Mai : un nom poétique et champêtre, qui se traduit en anglais par Mayflower ; un nom célèbre, porté par le premier navire d'émigrants, fondateur de la colonie anglaise en Amérique.
Longueur hors-tout :  28 m
Longueur de la coque : 17,4 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale : 5,85 m
Tirant d'eau maximal : 2,5 m
Tirant d'air :   m
Déplacement : 80 t.
Surface maxi de voilure : 270

État : plusieurs fois  restauré ; actuellement en attente de restauration près du chantier Étoile Marine, à Saint-Malo : état très dégradé, quasiment à l'état d'épave.
Vous trouverez ici un lien internet montrant l'état de la coque en 2015

Avant : étrave faiblement inclinée ;  bout dehors.
Arrière :  tableau incliné.

Coque :  blanche,  pavois gris (depuis 2009) ; liston et lisse de pavois gris-vert.


Superstructures : discrètes (descentes, panneaux)

 
   Fleur de Mai est une ancienne gabare qui a surtout servi à l'exploitation et au transport du sable sur les côtes du Finistère nord, notamment en rade de Brest et en mer d'Iroise. Elle a cessé cette activité en 1983 et a alors été restaurée et modifiée pour être utilisée en  voilier de plaisance. Quelque temps basée à Dunkerque, elle a ensuite rejoint Saint-Malo et appartenait à 3 copropriétaires (dont le commandant Guéna, ancien commandant du Belem) qui proposaient des sorties vers les îles Chausey et les Anglo-normandes, et participaient aux rassemblements de voiliers traditionnels. Sa capacité était de 14 personnes en croisière et 22 en sortie de la journée.
    Le voilier est classé monument historique depuis 1991.
   Depuis un échouage en automne 2009, au fond de l'Aber-Wrach, après une rupture des amarres, le bateau était en attente d'une restauration au chantier du Guip, quai Malbert, à Brest. Il appartient maintenant à une association qui porte son nom et a été transporté sur un petit cargo à Saint-Malo. Il a été, un certain temps, posé sur un terre-plein, en bordure du bassin Duguay-Trouin, non loin du siège d'Étoile Marine. Fin 2016, la coque a été ramenée au chantier du Guip, avec un vrai projet étudié par Joël Guéna (ancien commandant de cargos dans la Marine Marchande et ancien commandant du Belem) et l'association de la Fée de l'Aulne (une autre gabare). L'objectif était Brest 2020. Mais le projet peine à trouver un financement. Fin octobre 2017, Joël Guéna vient de proposer l'épave à l'association La Belle Angèle, qui vient de perdre tragiquement son chasse-marée : Affaire à suivre...
 
Fleur de Mai en face du chantier du Guip à Brest, en 2010














lundi 19 juin 2017

EXCELSIOR


Type : ketch à voiles à corne.

Gréement : grand mât en 2 parties ;  grand voile à corne et flèche sur chacun des  2 mâts   ; 1 foc, une trinquette.

Matériaux : Coque et pont en bois (charpente et bordés en chêne) ; mâts en bois

Date et lieu de lancement : 1921 au chantier Chambers, à Lowestoft, en Angleterre.
Autres noms : Svinør  
Utilisation initiale : bateau de pêche (Lowestoft trawler).
Dernière nationalité connue : britannique
Dernier port d'attache connu : Lowestoft (Suffolk)
Dernière utilisation connue : Voilier école et de croisière.

   Signification du nom : Excelsior est un mot latin qui signifie toujours plus élevé, plus haut. C'est aussi la devise de la ville de New-York. Une flamme blanche avec l'Union Jack et l'inscription Excelsior flotte en tête de mât à 24 m de haut.

Longueur hors-tout : 31,1 m
Longueur de la coque : 23,5 m
Longueur à la flottaison : 20,3 m
Largeur maximale : 5,9 m
Tirant d'eau maximal : 2,8 m
Tirant d'air :  23,8 m
Déplacement :  91 t .
Surface maxi de voilure : 316  m² 
État : restauré, bien entretenu.
Avant : étrave verticale ; bout dehors rétractable.
 
 
Arrière : voûte élancée ; barre franche.


Coque : noire, liston blanc ; immatriculation LT 472 (LT pour Lowestoft). La même immatriculation est inscrite sur la grand-voile.
Superstructures :  discrètes (panneaux, descentes).
 
     Excelsior a été construit en 1921. Ce chalutier est un des derniers rescapés d'une flotte considérable de Lowestoft trawlers. Ce bateau a pratiqué la pêche en mer du Nord jusqu'en 1935, après quoi il a été transformé en caboteur à moteur et a navigué au moteur sous le nom de Svinør.

     Ramené en Angleterre en 1972, acheté par la fondation Excelsior trust, le ketch a pu reprendre ses navigations à la voile : il a été complètement restauré sous son aspect d'origine en 1982. Une nouvelle restauration a eu lieu en 1989 ; Excelsior a été classé monument historique en 1999.
     Le bateau sert de voilier-école et participe à de nombreuses tall ship races.
    Avec 5 membres d'équipage, le ketch peut embarquer 12 stagiaires.

KAJSAMOOR, ex SOLVANG.



Type : ketch à voiles à corne.

Gréement : mâts en 1 seule partie  ;  grand voile à corne et flèche sur les 2 mâts  ; 3 focs, une trinquette. 1 vergue permettant de porter une fortune carrée, sur le grand mât.
 

Matériaux : Coque et pont en bois ; mâts en bois.

Date et lieu de lancement : 1939  en Norvège. 
Autres noms :  
Utilisation initiale : caboteur en mers nordiques.
Dernière nationalité connue : Allemande.
Dernier port d'attache connu : Lübeck.
Dernière utilisation connue : Voilier école et de croisière .

   Signification du nom : Solvang : ce mot norvégien n'a pas d'équivalent en français.et n'est pas très maritime ; il désigne une prairie de montagne (norvégienne, bien, sûr) exposée au soleil.
Longueur hors-tout : 32,1 m
Longueur de la coque : 24,4 m
Longueur à la flottaison :   m
Largeur maximale : 5,5 m
Tirant d'eau maximal : 3 m
Tirant d'air :   m
Déplacement :   t .
Surface maxi de voilure : 396  m² 

État : restauré.
Avant : Étrave verticale ; bout-dehors.
Arrière : arrière "canoë"
Coque : noire ; pavois vert ; liston blanc.
Superstructures : dunette ; autres superstructures discrètes.
     Solvang, construit en 1939,en Norvège, était un petit cargo à voiles conçu pour affronter les mers arctiques. Après une période d'utilisation comme bateau de guerre britannique (basé aux Shetlands) entre 1942 et 1945, il a repris le commerce entre le sud de la Norvège (Haugesund) et les îles Lofoten.
     Solvang a été restauré en Allemagne entre 1979 et 1981 ; il fait partie du musée maritime de Lübeck. Il naviguait surtout en Baltique et en mer du Nord, et parfois en Manche et Atlantique : on a pu le voir aux fêtes de Brest 2004. Il était agréé pour 11 passagers en croisière et 35 en sorties de la journée.
     Ce bateau, sans doute en raison de son origine norvégienne est assez différent des autres voiliers allemands et néerlandais de taille comparable, surtout par la forme de l'arrière.
      Depuis 2010, le bateau a été rebaptisé Kajsamoor et navigue en Estonie, au départ de  Tallin, vers les îles estoniennes, ainsi que vers les iles d'Åland (Finlande) et de Gotland (Suède). Il est maintenant agréé pour 60 personnes pour les sorties à la journée.

samedi 3 juin 2017

SKEAF VII, ex ÉTOILE POLAIRE, ex POLARIS


Type : Ketch à voiles à corne (aurique).
Gréement : grand mât en 2 parties (à chouque), mât d'artimon en 1 seule partie  ;  voile à corne et flèche sur chaque mât  ;  2 focs,  une trinquette.

Matériaux : Charpente en acier, bordés et pont en bois ; mâts en bois.
Date et lieu de lancement : 1916  au chantier Abeking et Rasmussen à Lemwerder (rive droite de la Weser, en aval de Brême),  en Allemagne
Autres noms  : Skeaf VII, Polaris, Eroika, Gilnockie
Utilisation initiale : yacht
Dernière nationalité connue : Française.
Dernier port d'attache connu : Douarnenez
Dernière utilisation connue : Voiler école, Voilier de croisière, de promenade et de réceptions à quai.

   Signification du nom : Skeaf est une divinité des mythologies nordiques. Il s'agit d'un bébé (dont le nom signifie gerbe de blé) trouvé nu dans une barque, considéré comme le fils d'Odin. Devenu le premier roi des Angles, Il finit sa vie en se couchant sur une gerbe de blé dans un bateau, se laisse dériver sur l'Océan et disparait comme il était venu
   Étoile Polaire : L'étoile la plus proche du pôle nord (elle en est distante de moins d'un demi-degré) ; presque immobile dans le ciel, elle a, depuis que les hommes s'aventurent de nuit sur la mer, aidé les marins à savoir dans quelle direction ils naviguent. Polaris, l'ancien nom du ketch, est le nom  de l'étoile en astronomie.

Longueur hors-tout :  33 m
Longueur de la coque : 24,5 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale : 4,5 m
Tirant d'eau maximal : 3,2 m
Tirant d'air :  m
Déplacement : 90 t.
Surface maxi de voilure : 350 m² 

État : restauré, bien entretenu. 

Avant : étrave inclinée, convexe  ; bout dehors.
Arrière :  voûte très élancée
Coque : blanche ; pavois naguère vert clair (avec lisse vert foncé) ; puis blanc ; puis, actuellement, de hauteur très réduite ; filières.


Superstructures : rouf entre la barre et  le mât d'artimon. 

 
     Étoile Polaire a été construit en Allemagne et lancé en 1916. Il a été saisi après la guerre en 1918 et donné au Danemark. Après avoir changé plusieurs fois de propriétaire  et de nom, et navigué en mer du Nord puis en Méditerranée, il était, il y a quelques années (entre 1995 et 2003),  basé à Granville et avait retrouvé  le nom Polaris. Il était peint en noir avec un pavois en bois verni et possédait des hublots de coque. 
   Un peu fatigué, le yacht a été racheté en 2001 par Bob Escoffier . Sérieusement endommagé lors d'un accident de grutage en 2003 à Brest, il a été complètement restauré au chantier du Guip à Brest  et repeint en blanc (avec un pavois vert clair en 2004, tout blanc en 2005) ; il a fait  partie de la flotte d'Étoile Marine et était basé à Saint-Malo. Comme tous les bateaux de cet armement, il naviguait en croisière (avec 16 passagers) ou en promenades de la journée (28 places) ; à quai, le voilier pouvait accueillir 50 personnes.Il participait à la plupart des rassemblements de voiliers en Manche-Atlantique : Brest, Douarnenez, Saint-Malo, Golfe du Morbihan ; iI était également aux régates classiques de cannes et de Saint-Tropez en 2011.
   Il a été racheté en 2015, lorsque Bob Escoffier a pris sa retraite, par une association de Douarnenez qui lui a rendu son nom initial et l'utilise pour des stages de réinsertion et de formation au développement durable.
     . 
     L'Étoile Polaire participait aux semaines du Golfe du Morbihan 2015. Sous son nouveau nom, il était présent aux fêtes maritimes de Brest et de Douarnenez en 2016 et à la semaine du Golfe du Morbihan 2017.

mercredi 17 mai 2017

IRIS



Type : ketch à voiles à corne.





Gréement : Mâts en 2 parties ; 1 voile à corne et un flèche sur chaque  mât  ; 2 focs, une trinquette. 

Matériaux : Coque et pont en acier ; mâts en bois.

Date et lieu de lancement : 1916  au chantier Figee, à Vlaardingen, aux Pays-Bas. 
Autres noms : Pallas, Aage, Geesje Van Urk. 
Utilisation initiale : ketch de pêche en mer du Nord.
Dernière nationalité connue : Néerlandaise.
Dernier port d'attache connu : Rotterdam.
Dernière utilisation connue : Voilier de croisière et de promenade .  

   Signification du nom : Iris est, dans la mythologie grecque, une déesse, mesagère des dieux, notamment d'Héra. Elle est associée à l'arc-en-ciel, qu'on appelle aussi l'écharpe d'Iris (ce qui a donné, en français, l'adjectif irisé).
    Mais l'iris est aussi une plante ornementale très cultivée pour ses fleurs, notamment  en Hollande.

      De nombreux bateaux ont porté ce nom, notamment l'aviso du dix-neuvième siècle qui a servi de modèle à La recouvrance ; et plusieurs bateaux de la marine française ont aussi porté ce nom.


Longueur hors-tout : 35,8 m
Longueur de la coque : 28,3 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maximale : 6,7 m
Tirant d'eau maximal : 2,8 m
Tirant d'air :  27 m
Déplacement :  92 t .
Surface maxi de voilure : 590  m²
État : restauré, bien entretenu.
Avant : Étrave verticale ; bout-dehors.

 

Arrière : voûte ; gouvernail à tube de jaumière 
 


Coque : noire ; liston blanc.
Superstructures : rouf en arrière du mât d'artimon.
 
     Iris, lancé en 1915 à Vlaardingen sous le nom de Pallas, a pratiqué la pêche au hareng, en mer du Nord, jusqu'aux îles Shetland,  sans moteur, jusqu'en 1920.  Après une période d'inactivité, il est motorisé et transformé en caboteur, et a navigué pour des Danois, puis des Suédois. Il a reçu le nom de Aage.
   Après une période d'abandon,  il est racheté par des néerlandais, qui ont entrepris une première restauration et l'ont appelé Geese Van Urk, 2 nouvelles restaurations, en 1992 et en 2001, l'a transformé en confortable  voilier de croisière "à la hollandaise". Il a alors été renommé Iris
    Avec 4 membres d'équipage, Iris est homologué pour 10 passagers en croisière et 25 pour des sorties de la journée. Il navigue en croisière sur les côtes d'Europe, de la Baltique à l'Espagne. C'est un habitué des rassemblements de Brest et de Douarnenez , où il est un des seuls à  concurrencer les voiliers français en entrant sous voilure complète dans le port ; il participe à des tall ship races. Iris est encore, en mai 2017, l'un des plus beaux voiliers participant à la Semaine du Golfe du Morbihan, auquel il est fidèle depuis longtemps.


      On remarquera la ressemblance d'Iris avec plusieurs voiliers hollandais, parfois gréés différemment. Le plus ressemblant est Tecla, sorti la même année des mêmes chantiers.  On distinguera néanmoins facilement les 2 bateaux car Tecla a un pavois blanc et n'a pas de deck-house. Et Tecla a des mâts beaucoup moins hauts, et sa voilure est plus réduite. Il y a aussi Lotos, un peu plus ancien, mais très semblable (mêmes couleurs de coque) et possédant un rouf presque identique. le numéro de voile d'Iris est TS H 352, alors que celui de Lotos est TS H 618. Gallant est gréé en goélette. On peut aussi lui comparer des voiliers allemands, comme Vegesack BV2 et Marie-Galante. Cette dernière, bien qu'elle soit aujourd'hui hollandaise, est de construction allemande ; elle est aujourd'hui gréée en goélette. Et on peut rajouter la Boudeuse, qui a été modifiée, rallongée et gréée en 3 mâts, mais  dont la coque a gardé ses formes de herring logger.