mercredi 23 février 2011

ALBARQUEL


Type : Ketch à voiles à corne.
Gréement : Les 2 mâts en 1 seule partie (à pible) ; voile à corne chacun des  2 mâts  ; pas de  flèche  ;  deux focs, une trinquette. 

Matériaux : Coque et pont en bois  ; mâts en bois .

Date et lieu de lancement : 1957 au Portugal
Autres noms : ?
Utilisation initiale :  bateau de transport  de sel (borneur) : galeo.
Dernière nationalité connue : française.
Dernier port d'attache connu :Dieppe.
Dernière utilisation connue : Voilier de croisière et de promenade .

   Signification du nom : Albarquel  est une plage portugaise, proche de Setubal (ville portuaire très ancienne, proche de Lisbonne (à l'ouest de la capitale)
    
Longueur hors-tout :  25 m
Longueur de la coque : 19,7 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale : 6 m
Tirant d'eau maximal : 1,7 m
Tirant d'air :   21 m
Déplacement :  55 t.
Surface maxi de voilure : 260

État : plusieurs fois  restauré. 

Avant : étrave verticale ;  bout dehors assez court.
 
Arrière :  pointu ; safran à aiguillots et fémelots.
Coque :  bleue ; moustaches jaunes, liston et lisse de pavois rouges ; pavois blanc


Superstructures :  rouf à l'arrière du mât d'artimon

 
   Albarquel est un ancien caboteur portugais d'un type appelé galeo de sel: il transportait le sel des lieux de production (lagunes à marais salants) vers les ports morutiers, notamment Lisbonne. Bien que lancé en 1957, il a été construit sur le modèle de bateaux du début du vingtième siècle. Ce type de bateau  une fonction comparable à celle des gabares bretonnes et des barges de la mer du Nord.
    Ce voilier a été restauré à plusieurs reprises, notamment en 1970, (quand il a été racheté par des officiers français de marine marchande) 1980 et 1998. Il était à l'origine gréé en cotre et ressemblait à un autre ancien galeo, basé à Noirmoutier : O'Abandonado
     Albarquel est capable d'affronter la haute mer et a déjà traversé l'Atlantique. Longtemps basé à saint-Valery en Caux, en Seine Maritime, il proposait des sorties à la journée et des croisières à partir des ports de Haute-Normandie. C'était un habitué des rassemblements de voiliers traditionnels : on l'a vu aux Armadas de Rouen, aux fêtes de Brest et de Douarnenez, à Saint-Malo, etc.
    Après une nouvelle restauration en 2007, la bateau avait Dieppe comme port d'attache. Il proposait, durant une bonne partie de l'année, des croisières sur les côtes du nord de la Norvège et jusqu'au Spitzberg. Il pouvait embarquer 10 passagers ; frileux, s'abstenir ! Les passagers participaient évidemment à toutes les activités du bord, dirigés par Claude Minauto (capitaine au long cours) et Isabelle Jouette.
     Nois n'avions plus de nouvelles d'Albarquel, revenu à Cherbourg et signalé en vente en avril 2013. Un correspondant anonyme  nous  a signalé sa présence à Ploumanach le 10 août 2014puis son départ le 20 septembre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire