mercredi 23 février 2011

ANDRÉ-YVETTE

Type : Dundée, cotre à tapecul.
Gréement : Les 2 mâts en 1 seule partie (à pible) ; voile à corne chacun des  2 mâts  ; flèche sur le grand mât seulement  ;  un foc, une trinquette. 

Matériaux : Coque et pont en bois  ; mâts en bois .

Date et lieu de lancement : Juillet 1936 à Camaret (Finistère)
Autres noms : aucun
Utilisation initiale :  bateau de transport (borneur), sablier : gabare.
Dernière nationalité connue : française.
Dernier port d'attache connu : Locmiquélic (rade de Lorient) ; immatriculé à Brest
Dernière utilisation connue : Voilier école, de croisière et de promenade .

   Signification du nom : André - Yvette : ce sont les prénoms des 2 premiers enfants du  propriétaire qui a fait construire la gabare, monsieur Quéméneur.
    
Longueur hors-tout :  25 m
Longueur de la coque : 17,5 m
Longueur à la flottaison : 14 m 
Largeur maximale : 5,8 m
Tirant d'eau maximal : 2 m
Tirant d'air :   22 m
Déplacement :  60 t.
Surface maxi de voilure : 178
État : plusieurs fois  restauré. 

Avant : étrave faiblement inclinée ;  bout dehors. nom écrit sur chaque bord, sur fond jaune.
Arrière :  tableau incliné.
Coque :  bleu clair,  pavois bleu foncé, liston rouge. Naguère, la coque était noire (avant 2006).


Superstructures :  discrètes (panneaux, descentes)

 
   André - Yvette est une ancienne gabare de la mer d'Iroise.  Construite à Camaret avant la guerre (contrairement aux 2 autres gabares qui naviguent à la voile aujourd'hui, Fleur de Lampaul et Notre-Dame de Rumengol), elle avait Lampaul-Plouarzel comme port d'attache.  Elle a  transporté, notamment vers Brest, des pierres de construction, du sable, du maërl.  De 1964 à 1974, elle a ravitaillé les îles de Molène, Ouessant et  Sein. Elle a également transporté du goémon séché pour les usines à soude.
    Les gabares de ce type étaient des navires capables de naviguer en haute mer : on peut les comparer aux barges anglaises de la Tamise ou aux barges néerlandaises. Il ne faut pas les confondre avec les gabares de fleuves, chalands à fond plat incapables d'affronter une mer formée. 

      En 1975, André-Yvette a été restaurée et transformée en bateau de plaisance  au chantier Péron, à Camaret. A nouveau en mauvais état, elle a été rachetée en 1987 par une association d'aide à la réinsertion des jeunes : les PEP (pupilles de l'enseignement public). Cette association l'a restaurée, puis a organisé des stages de navigation à son bord : séjours "de rupture" pour jeunes en difficulté, sorties pour handicapés et également classes de découverte.
    André-Yvette fréquente la plupart des rassemblements de voiliers traditionnels bretons, notamment Brest, Douarnenez et le golfe du Morbihan.
     En 2011, la gabare  a été remise à l'eau après une grande restauration au chantier Bernard de Saint-Vaast la Hougue, qui a aussi restauré Fleur de Lampaul et effectué une partie des travaux sur Marité. André-Yvette est à nouveau comme neuve et a repris ses navigations.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire