samedi 20 juin 2015

BELLE POULE et ÉTOILE

Type :  Goélettes à hunier,  rigoureusement identiques.
 


Gréement : Mâts  en 2 parties ; 1 voile à corne et un hunier à rouleau sur le mât de misaine ; 2 focs, une trinquette ;grand-voile à corne et flèche sur le grand mât .; voile d'étai au-dessus de la misaine.
 Le hunier peut être roulé ou établi depuis le pont;

Matériaux : Coque et pont en bois, mâts et espars en bois.
Date et lieu de lancement : 1932  au chantier naval de Normandie à Fécamp 
Autres noms : aucun.
Utilisation initiale : voilier école.
Dernière nationalité connue : Française.
Dernier port d'attache connu : Brest.
Dernière utilisation connue : Voiliers école de la marine nationale française.
Signification des noms : Belle Poule : c'est  le quatrième navire de la Marine à porter ce nom depuis le dix-huitième siècle, suivant ainsi 3 frégates de la Marine Royale. La première a été lancée en 1765, la troisième ramena de Sainte-Hélène les cendres de Napoléon.Il semble que des bateaux corsaires aient auparavant porté ce nom. Celui-ci viendrait du surnom (Bella Paoula) donné par François 1er à Paule de Viguier, baronne de Fonterville, lors de sa visite à Toulouse en 1533. Mais selon d'autres historiens, ce serait une trouvaille de Louis XV...
    Le nom  Étoile a été porté par de nombreux navires de la Marine (environ une douzaine. Plusieurs d'entre eux se sont fait capturer ou détruire par leurs ennemis  anglais, dont un qui accompagnait la Boudeuse de Bougainville dans son tour du Monde.
   Avec leurs 73 ans, les deux belles goélettes ont eu plus de chance, et elles ont même combattu, aux côtés des Anglais cette fois, l'ennemi commun.

Longueur hors-tout : 37,5 m
Longueur de la coque : 32,5 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maximale : 7,2 m
Tirant d'eau maximal : 3,5 m
Tirant d'air :  32,6 m
Déplacement : 215 t .
Surface maxi de voilure : 718  m²
État : régulièrement et méticuleusement entretenus. Il ne doit plus rester beaucoup de bordés d'origine !
Avant : Étrave à guibre ; Beaupré en1 seule partie ; volute de proue et  frise peintes en jaune sur les 2 voiliers.



Arrière : à voûte et tableau très incliné sur lequel est écrit le nom du navire. Remarquer aussi la carène verte : elle est doublée de plaques de cuivre, rutilantes lors de la pose, mais s'oxydant très vite en vert-de-gris : un antifouling très efficace !
Coque :  blanche, fin liston jaune.

Superstructures :  2 roufs : à l'arrière de chacun des mâts ; abri devant la barre.
 

    La Belle Poule et sa sœur jumelle l'Étoile, ont  été lancées en 1932 à Fécamp. Destinées à servir de voiliers école pour la Marine Nationale, elles ont toujours rempli ce rôle, sauf pendant la guerre 1939 - 1945 : elles ont alors rejoint l'Angleterre et combattu avec les forces françaises libres. ainsi s'explique la croix de Lorraine portée sur leurs pavillons, notamment aux escales.
    Les 2 goélettes ont été construites sur le modèle des morutiers paimpolais qui étaient utilisés au moment de la construction. Plus petites que les terre-neuviers de Saint-Malo ou de Fécamp, ces goélettes (dites Islandaises) allaient pêcher sur les côtes d'Islande. On disait aller pêcher à Islande. La pêche, à la ligne, se faisait du bord du  navire, alors que les terre-neuviers utilisaient des doris. cela n'a pas empêché des fortunes de mer dramatiques. Il n'y a pas que les bateaux de pêche, d'ailleurs, qui ont fait naufrage dans les parages : la perte du Pourquoi-Pas, de Jean-Baptiste Charcot, est restée célèbre.
  Chaque goélette navigue avec 15 hommes d'équipage et jusqu'à 20 élèves, provenant surtout de l'École Navale. Les équipements sont spartiates et comprennent des hamacs.Les 2 voiliers naviguent parfois isolément, mais souvent ensemble ; leurs "régates" sont l'occasion, pour les équipages, d'affiner leurs réglages. Les goélettes participent à des courses de grands voiliers et font parfois des croisières lointaines, jusqu'en Islande par exemple.
   Comment reconnaître nos deux goélettes jumelles ? De loin, c'est quasiment impossible. sauf, parfois, si le hunier est établi (il peut porter le numéro F 30 sur la Belle Poule, et F 31 sur l'Étoile ; mais ces numéros ne sont pas toujours posés, comme on peut le voir sur les photos). De plus près, les mâts de l'Étoile sont un peu plus clairs ; et surtout, ses poulies étaient blanches alors que celles de la Belle Poule étaient en bois verni. Pas toujours facile à voir à contrejour et il semble qu'aujourd'hui ces différences aient disparu. Le centre de la volute de proue est blanc sur l'Étoile et jaune sur la Belle Poule. Peut-être y-a-t-il d'autres détails, que l'observateur attentif peut s'amuser à découvrir.... La Belle Poule était présente à l'Armada de Rouen 2013. Actuellement, l'Étoile effectue une croisière en Atlantique Nord (Islande, Groenland).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire