dimanche 8 novembre 2015

PHOENIX

Type : Brick.
à Brest, en 2004


Gréement : Mâts  en bois ; 3 voiles carrées sur chacun des  2 mâts ; 3 focs, une trinquette ; brigantine sur le grand mât. A certaines époques, civadière sous le beaupré.
Matériaux : Coque, pont et espars en bois.
Date et lieu de lancement : 1929 au chantier Hjorne et Jacobsen à Frederikshaven (Danemark).
Autres noms :Anna ; Palmeto ; Jorgen Peter ; Karma ; Skibladner ; Adella ; Gabriel.
Utilisation initiale : goélette de commerce.
Dernière nationalité connue : Britannique.
Dernier port d'attache connu : Sant Austell (Cornouailles britannique).
Dernière utilisation connue : Voilier de croisière et de promenade, cinéma.
Signification du nom : Phoenix était, dans la mythologie égyptienne, un oiseau qui renaissait de ses cendres et était presque éternel. Le brick subi un incendie (espérons que ce sera le seul) et il renait de ses multiples transformations. Un nom prédestiné, donc...

Longueur hors-tout : 34,1 m
Longueur de la coque : 23,8 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maximale : 6,7 m
Tirant d'eau maximal : 2,4 m
Tirant d'air : 24,5 m
Déplacement :  79 t .
Surface maxi de voilure : 370 m².
État : modifié, plusieurs fois transformé, restauré..
Avant : Étrave à guibre ; Beaupré en 2 parties.
 à Vannes, en 2002

Arrière : à voûte + tableau très haut, percé de fenêtres ; dunette.
Coque : noire ou noire et jaune, selon les années .
Superstructures : panneaux de pont, écoutilles, descentes. Aucun rouf dépassant le pavois.
 

     Phoenix  est une ancienne goélette de commerce construite au Danemark en 1929. Appelée Anna, elle appartenait à une mission évangélique. Par la suite, de moins en moins toilé, le bateau devient un caboteur à moteur en 1964, puis est endommagé par le feu en 1971. 
     Réparé, le navire est transformé en brick-goélette. Abandonné de nouveau, en très mauvais état, il est racheté par l'armement Square sail, de Sant Austell, qui possède aussi Kaskelot et Earl of Pembroke. Il est reconstruit pour donner un beau voilier, ressemblant à un brick du XVIIIème siècle. Cinéma et charter sont à son programme ; il fréquente assidûment la plupart des grands rassemblements nautiques, notamment en Bretagne, en Grande-Bretagne ou en Normandie. A cause de son rôle de vedette de cinéma, Phoenix change souvent d'aspect ; la couleur de coque change fréquemment et il est le plus souvent entièrement noir, ou noir et jaune On l'a même vu transformé en caravelle, dans le film 1492 : il était devenu la Santa Maria !
  Square sails a aujourd'hui disparu, les trois navires ont été vendus, et nous ne savons pas qui est le propriétaire actuel de Phoenix. Aux dernières nouvelles, le brick est en restauration en Cornouailles, au chantier de Polruan sur la rive gauche de la rivière Fowey ; il était présent au festival des chants de marins, à Paimpol, en août 2015.



Il est armé de canons ; son équipage aime se mesurer au Renard ou à La Recouvrance, comme au bon vieux temps. Mais c'est pour rire : les Anglais aiment bien les Français de nos jours (ils fêtent quand même Trafalgar en grande pompe, et nous, nous aimons bien chanter une chanson qui dit "et merde pour le Roi d'Angleterre, qui nous a déclaré la guerre".)
      L'équipage permanent comprend 10 personnes.
    

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire