mardi 22 septembre 2015

LE SOURIRE (naufragé)

Type : "Botry" ou Boutre de Madagascar, Goélette.


Gréement : 2 mâts en 1 seule  partie ;  à l'origine, une voile à corne sur chaque mât. ; 2 focs. En 2012, gréement au tiers faisant penser à celui d'un lougre (misaine et taillevent  + huniers)

Matériaux : coque et  pont en bois (espèces de Madagascar)
Date et lieu de lancement :  2005 à Morondova, près de Belo (Côte ouest de Madagascar)
Autres noms  : aucun
Utilisation initiale : bateau de plaisance, inspiré des goélettes de cabotage de Madagascar.
Dernière nationalité connue : Malgache
Port d'attache : immatriculé à Belo ; basé actuellement à Noirmoutier.
Utilisation : Voilier de croisière et de promenade.

Signification du nom : Sourire : un joli nom optimiste...
     
Longueur hors-tout :  18 m
Longueur de la coque : 12,5 m
Longueur à la flottaison : m 
Largeur maximale : 4 m
Tirant d'eau maximal : 1,2 m
Tirant d'air :
Déplacement : 23 t.
Surface maxi de voilure : 110  m² 

État : récent, restauré.
Avant : étrave peu inclinée ; bout-dehors.
Arrière :  pointu ; safran à aiguillots et fémelots ; barre  franche.
 
Coque : blanche , liston bleu ; pavois ajouré

Superstructures : discrètes (rouf bas)

   Le Sourire a été construit à Madagascar en 2005 pour la réalisation d'un film. Malgré son nom, les botry ne sont pas des boutres comme on en trouve en Arabie, mais des goélettes construites sur le modèle des goélettes bretonnes du milieu du XIXème siècle. Des marins bretons, la famille Joachim,  avaient en effet construit des bateaux à Madagascar selon leurs méthodes qu'un roi de la grande île leur avait demandé d'enseigner aux artisans du pays. Il existe encore de nombreuses goélettes de ce type à Madagascar, les plus grandes possédant 3 mâts (voir le Chasse-Marée n°160 de mai 2003)
. Ces bateaux sont des caboteurs, transportant toutes sortes de marchandises et menés par 2 ou 3 hommes d'équipage. L'augmentation du prix du carburant a sauvé ces bateaux, menacés de disparition.
    Des descendants des Joachim existent encore : c'est l'un d'eux qui a construit Le Sourire.
   Après une traversée vers Mayotte,  Le Sourire a été transporté en France par un navire de la Marine nationale.
  Il a participé aux fêtes de Brest et de Douarnenez en 2008, puis a été délaissé au Port-Rhu, à Douarnenez, en face du chantier du Skellig. Il a ensuite été restauré et a participé aux tonnerres de Brest en 2012. Pendant les fêtes, les voiles ont été peintes selon le thème de la protection du milieu marin. A nouveau restauré, Le Sourire a fait partie des bateaux remarquables  de la Semaine du Golfe du Morbihan 2015. 
    Fin septembre 2015, on a appris, sans autre explication, le naufrage du bateau dans le Golfe de Gascogne. Heureusement, l'équipage a été sauvé.




1 commentaire:

  1. Le Sourire est perdu en Golfe de Gascogne. L'équipage à été récupéré sain et sauf.

    RépondreSupprimer