lundi 7 septembre 2015

VIEUX COPAIN

Type : dundée (ancien thonier)

Gréement : mâts en 1 seule partie (à pible) ; voile à corne chacun des  2 mâts  ; flèche sur le grand mât seulement  ; 1 foc, une trinquette.

Matériaux : Coque et pont en bois ; mâts en bois

Date et lieu de lancement : 1942 aux Sables d'Olonne, en Vendée (chantier Espoir sablais)
Autres noms : aucun
Utilisation initiale : bateau de pêche (chalutier-thonier de l'île d'Yeu).
Dernière nationalité connue : française
Dernier port d'attache connu : Cherbourg
Dernière utilisation connue : Voilier école et de réinsertion.

   Signification du nom : Vieux copain : ce n'est qu'à regret qu'on le quitte... C'est le nom que lui a donné premier propriétaire, alors qu'il était encore tout neuf ; ce serait dommage de le changer. Un Anglais l'aurait peut-être appelé Old Fellow.

Longueur hors-tout : 29 m
Longueur de la coque : 17,6 m
Longueur à la flottaison :  m
Largeur maximale : 5,1 m
Tirant d'eau maximal : 2,5 m
Tirant d'air :  22 m
Déplacement :  70 t .
Surface maxi de voilure : 260 m² 

État : ?

Avant : étrave inclinée ; bout dehors. numéro indiqué sur chaque bord : anciennement  PL 2190 (PL pour Paimpol),  maintenant CH 2190 (CH pour Cherbourg).
Arrière : voûte; barre à roue.
 
Coque : bleu clair, bande blanche au-dessous du liston, pavois bleu foncé.

Superstructures :  superstructures discrètes (panneaux, descentes).
 
 
 
    Vieux copain a est un ancien chalutier-thonier de l'île d'Yeu, construit en 1940 aux Sables d'Olonne pour le patron Gaston Poiraud. La photo, transmise par jean-Michel Peault ci-dessous montre le Vieux Copain désarmé à l'île d'Yeu, attendant son destin.
 


    Après une carrière bien remplie pour les deux copains, le marin a pris sa retraite et le vieux thonier a été vendu en 1974 par des explorateurs amateurs qui l'ont mené jusqu'au Groenland. Au retour, après un échouage dans l'archipel des Orcades, le bateau a été abandonné à Granville. Une première tentative de restauration après un remorquage dans l'estuaire du Trieux est un échec et le bateau finit par couler. C'est Serge Le Joliff qui renfloue l'épave (en travaillant en plongée, au début)  à partir de 1983. Six ans et un  bon nombre de milliers d'heures de travail après, le Vieux Copain est devenu le beau dundée bleu que nous connaissons. Serge l'a utilisé pendant de nombreuses années pour promener des passagers autour de Paimpol, notamment dans l'extraordinaire archipel de Bréhat et dans le Trieux. Il a obtenu son classement comme monument historique. Vieux Copain a aussi participé à de nombreux rassemblements de voiliers traditionnels, notamment à Brest et à Douarnenez. 
     Tout en continuant à naviguer, le bateau était en vente depuis quelques années et il a été  acquis en 2009 par Alain Boutry, président d'honneur de l'association cherbourgeoise Voiles écarlates, qui l'utilise, ainsi que 2 dundées plus petits : la Croix du Sud et la Croix du Sud III. (la Croix du Sud II ayant été revendue) .
      Cette association fait naviguer des jeunes délinquants dans le cadre de programmes de réinsertion, des personnes défavorisées et des personnes ayant des difficultés psychologiques. En échange, ces personnes aident à certains travaux, comme le carénage des bateaux ou le nettoyage des plages et du littoral. 
      Vieux Copain est généralement amarré à Cherbourg et effectue surtout des navigations autour du Cotentin. Le reverrons nous de nouveau dans les rassemblements bretons, qu'il semble avoir déserté depuis son départ en Normandie ? Il est actuellement en cours de restauration au chantier Bernard, à St Vaast la Hougue. Les travaux semblent durer à cause des difficlultés économiques dues à la baisse des subventions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire