mardi 11 août 2015

GWENED

ketch Gwened (sinago modifié)
Gréement : les 2 mâts en 1 seule  partie  ; voiles à corne sur les 2 mâts ; flèche au-dessus de la grand voile ; ce gréement est complètement différent de celui d'un vrai sinago.

Matériaux : Coque et pont en bois ; mâts en bois.
Date et lieu de lancement :  1954 au chantier Orjubin à La Trinité sur mer (Morbihan).
Autres noms  : Béroé III
Utilisation initiale : voilier de plaisance, à la coque construite comme celle  d'un sinago.
Dernière nationalité connue : française
Dernier port d'attache connu : Vannes ou Larmor-Baden ?
Dernière utilisation connue : voilier  de promenade.

Signification du nom : Gwened  est le nom breton de la ville de Vannes ; c'est un mot dérivé de gwen, qui signifie blanc. On peut aussi trouver une ressemblance entre ce mot et le mot français Vénète, qui désignait les anciens habitants de la région et qui sont à l'origine de la ville morbihannaise (Bro Wened = pays de Vannes)

Longueur hors-tout :   13,7 m
Longueur de la coque : 11,7 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale :   m
Tirant d'eau maximal : 1,7 m
Tirant d'air :  10 m
Déplacement : t.
Surface maxi de voilure :  m² 

État : restauré, régulièrement entretenu.
Avant : étrave inclinée.
Arrière : pointu.
Coque : blanche ; pavois et liston noirs .

Superstructures : petit rouf en avant du mat arrière. Le seul "sinago" ponté.
 
    Gwened est un des derniers sinagos construits. Complètement différent des autres bateaux de ce type, il ne leur ressemble que par la coque (et encore, pas totalement) : ce voilier, construit dès le départ pour la plaisance, est ponté et porte un gréement totalement différent. Ce gréement a d'ailleurs varié au cours de la carrière du bateau. Il a navigué en Méditerranée, transportant les amateurs d'escalades dans les calanques , entre Marseille et  Cassis. Il a ensuite été restauré, en 6 ans, dans la Drôme, par un amateur qui l'a ensuite convoyé à Oléron par le canal du Midi. Ce propriétaire s'étant tué en tombant dans le port, le bateau a été convoyé dans le Finistère sud, puis abandonné sur une vasière de l'Aven, près de Rosbras. Il a été restauré et remis à l'eau en 2004 par l'association qui le fait naviguer aujourd'hui. D'abord basé à La Trinité sur Mer, il navigue aujourd'hui dans le golfe du Morbihan (basé à Larmor-Baden ou à Vannes ?). Les photos ci-dessus datent de la semaine du Golfe du Morbihan 2009. Nous ne l'y avons pas vu lors de l'édition 2013, mais il participait en 2015 (photo ci-dessous). Il était à ce moment basé à La Roche-Bernard.
        Site du Gwened ici (apparemment non mis à jour)

3 commentaires:

  1. Je connais très bien ce bateau pour avoir participé à sa restauration en Isère à St Antoine l'abbaye (et non dans la Drome), pendant sept ans. Mon ami Sylvain Dialo heureux propriétaire originaire du Mans était paraplégique. Le pari fut audacieux. Après l'achat le constat fut que le bateau était totalement pourrit, la coque et le pont ayant été résinés entièrement par des incompétents .
    Après déchirage des parties malades il ne resta que la proue, la quille et une dizaine de membrures . La restauration s'est faite dans les règles de l'art accompagnée d'un charpentier de marine. Il y eut de nombreuses photos prises...
    Je ne comprend pas pourquoi le bateau aurait été restauré à nouveau car je peux affirmer que celui-ci était quasi neuf en février 2003 ...peut être un bout dehors, un mat à changer ou des batteries. Ce bateau n'a jamais été abandonné, il n'a simplement pas trouvé acquéreur de suite. Je précise aussi que Sylvain était tout ... sauf un amateur !

    Kenavo
    LE TOQUIN BRUNO

    RépondreSupprimer
  2. Je connais très bien ce bateau pour avoir participé à sa restauration en Isère à St Antoine l'abbaye (et non dans la Drome), pendant sept ans. Mon ami Sylvain Dialo heureux propriétaire originaire du Mans était paraplégique. Le pari fut audacieux. Après l'achat le constat était que le bateau était totalement pourrit, la coque et le pont ayant été résinés entièrement par des incompétents.
    Après déchirage des parties malades il ne resta que la proue, la quille et une dizaine de membrures. La restauration s'est faite dans les règles de l'art accompagnée d'un charpentier de marine. Il y a eu de nombreuses photos prises ...
    Pourquoi le bateau aurait été restauré à nouveau? ...je peux affirmer que celui-ci était quasi neuf en février 2003...peut être un bout dehors, un mat ou des batteries à changer ?. Ce bateau n'a jamais été abandonné, il n'a simplement pas trouvé acquéreur de suite. Je précise aussi que Sylvain était tout ... sauf un amateur !

    Kenavo

    LE TOQUIN BRUNO

    RépondreSupprimer
  3. Rien qu’au vu de ce voilier, on peut immédiatement dire que c’est un chef d’œuvre. Le voilier figure en effet parmi les transports maritimes les plus nobles car il a porté le prestige du passé tout en gardant un charme intemporel. Ne connaissant pas particulièrement le Gwened, je peux déjà dire qu’il respire l’élégance au large.

    RépondreSupprimer