lundi 9 mai 2011

RIGOLO (CC 4090)


Type : Misainier à tapecul
 
Gréement : les 2 mâts en 1 seule  partie ; le mât de tapecul est amovible et le bateau se présente souvent comme misainier à un seul mât ; voiles au tiers à vergues inclinées sur les 2 mâts : la voile d'avant est la misaine, celle du mât arrière, le tapecul. Foc sur bout-dehors


Matériaux : Coque en bois ; mâts en bois.
Date et lieu de lancement : construction commencée en 1989 au chantier du Guip de l'île aux Moines, dans le golfe du Morbihan (finition au chantier Pouldu Naval de Clohars-Carnoët). Lancement en 1992. L'original avait été construit  au chantier Lecœur de Lesconil en 1922
Autres noms  : ?
Utilisation initiale : voilier de plaisance, réplique d'un bateau de pêche de 1922.
Dernière nationalité connue : française
Dernier port d'attache connu : Doëlan, en la commune de Clohars-Carnoët (Finistère sud)
Dernière utilisation connue : voilier associatif de promenade.

Signification du nom : Rigolo : Quand, en 1922, les frères Tanguy se sont fait construire chacun son bateau de pêche, l'un avait la réputation d'être drôle, l'autre était taciturne. Ils ont appelé leurs bateaux d'après les surnoms que les doélannais leur avaient donné : Rigolo et Rigolpas. Le bateau du pessimiste a disparu depuis longtemps ; celui de l'optimiste était encore à flot dans les années 1980 et a servi de modèle pour le bateau décrit ici.

Longueur hors-tout :   m
Longueur de la coque : 8,9 m
Longueur à la flottaison :  m 
Largeur maximale :  3,2 m
Tirant d'eau maximal : 1,2 m
Tirant d'air :  m
Déplacement : 4,5 t.
Surface maxi de voilure : 50 m² 

État : restauré, régulièrement entretenu ;
Avant : étrave faiblement  inclinée.

Arrière : à tableau élancé.

Coque : noire ; fines lignes blanche et verte . Immatriculation à l'avant : CC 4090 (CC est l'initiale du quartier de Concarneau, 4090 était le numéro du premier Rigolo)


Superstructures : bateau non ponté (pontages partiels à l'avant et à l'arrière).


    Rigolo est la réplique d'un  sardinier - maquereautier (pêche au filet maillant - dérivant)  qui était basé  port de Doëlan. Après la guerre, ce bateau a été converti en caseyeur, le logement du moteur étant remplacé par un vivier (modification à contre-courant, à une époque où la voile était abandonnée au profit du moteur). Le bateau va ainsi pêcher les crustacés, entre la côte et l'île de Groix, pendant 12 ans, au départ de Kerroc'h, en Ploemeur (Morbihan). 
      Le premier Rigolo, après son désarmement comme bateau de pêche, a été acheté par les scouts marins de Lorient, qui l'ont transformé en bateau-école, en le pontant et en le regréant en en sloup. Il a ainsi servi à l'initiation des jeunes entre1957 et 1979. Les 4 Lyonnais qui l'ont alors racheté ont entrepris de le restaurer, mais la coque était trop fatiguée pour naviguer. Elle est entreposée à sec sous un hangar du port-musée de Douarnenez.
      Ils ont alors entrepris de faire construire une réplique, dans le cadre d'une association, Gouel Ruz (les voiles rouges). La coque a été construite au chantier du Guip à l'île aux Moines, puis terminée par les propriétaires, près de Doëlan. Lancé en 1992, le bateau a participé au concours "bateaux des côtes de France" (Brest 1992). Puis, l'association a été remplacée par une autre, la Bande du Rigolo. Celle-ci assure l'entretien du bateau et le fait naviguer aux environs de Doëlan . Le Rigolo représente ce port, ainsi que la commune de Clohars-Carnoêt, dans les rassemblements de bateaux traditionnels, allant jusqu'au golfe du Morbihan ou jusqu'à Brest.
   Au bout de 20 ans, une restauration devenait nécessaire et l'association a réussi à rassembler 30000 € pour la réaliser, en 2011 - 2012
   Vous trouverez davantage de renseignements sur le site de l'association (cliquez ici)
    Ci-dessous, quelques photos du Rigolo rencontré en juin 2014, au large de Doëlan, "dans son jardin" (qui est aussi le notre....)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire